Nicolas-Léonard BEKER (1770-1840) général, il escorta Napoléon vers le Bellérophon.

Lot 257
120 - 150 EUR
Résultat: 160 EUR

Nicolas-Léonard BEKER (1770-1840) général, il escorta Napoléon vers le Bellérophon.

L.A.S. (paraphe), 26 décembre 1819, à M. Tailland, avocat à Riom ; 2 pages et demie in-4, adresse. Intéressante lettre sur l'agitation politique du moment : répercussions de l'élection de Grégoire, ancien évêque constitutionnel « régicide » ; division, puis démission du ministère Dessolle, sous la pression de Decazes qui souhaitait modifier la loi électorale... Beker a fait une dernière tentative auprès du ministre en faveur de leur compatriote d'Ambert, mais « on est inéxorable depuis qu'on a fait la sottise de nommer Grégoire à la Législature. Il faut du tems pour calmer et des esprits plus forts à la tête des affaires pour mettre un terme a l'exil des bannis »... Il se livre à des réflexions sur la situation politique actuelle : « Leurs excellences [les ministres] se sont engagées dans un défilé d'où elles ne sortiront pas sans une honteuse capitulation. Les hommes monarchiques les attendent à la sortie la lance en arrêt, tandis que les liberaux les chargent en queue l'épée dans les reins. Ainsi donc que la loi passe, ou qu'elle soit rejettée le ministère, dans la première hypothese, est chassé par les ultra et dans la seconde il tombe dans une telle déconsidération que le roi sera forcé de le changer. [...] Le ministère veut à tout prix obtenir des changemens dans le système électoral, il a semé tant d'appas dans son projet de loi qu'il espère séduire et entraîner tous les hommes qui aspirent aux faveurs [...] Dans l'etat d'agitation ou se trouve la France les plus habiles politiques ne peuvent resoudre le problème de notre avenir »...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue